Sony Reader: French Press Coverage

September 18, 2008

Apparently it will debut with only two-thousand eBooks. I hope they boost that number fast. And I hope that number doesn’t include the “100 free classics!”

Sony Reader : le livre numérique franchit une nouvelle étape

« Reader » a été présenté mardi 16 septembre par le groupe japonais Sony. « Reader » est un livre électronique qui permet de stocker 160 bouquins dans un boîtier de 260 grammes ! Il sera commercialisé en octobre. L’objet est déjà disponible aux USA et au Canada depuis 2006 ainsi qu’au Royaume Uni. Il a pour principal concurrent le Kindle d’Amazon qui a déjà un an d’avance et qui offre en plus de « Reader » une connexion sans fil au Web.

C’est officiel, le livre électronique de Sony sera bientôt disponible chez nous.

Pour ceux d’entre vous qui s’en souviennent encore, le Reader de Sony a été présenté au début du mois de janvier 2006, à l’occasion du CES de Las Vegas, aux États-Unis.

Affichant 250 grammes sur la balance, il s’agit d’un livre électronique pouvant stocker jusqu’à 160 romans dans sa mémoire interne ( la synchronisation se fait via le port USB ), mais il peut également lire des ouvrages stockés sur une carte mémoire de type MS ou SD grâce au lecteur prévu à cet effet. L’affichage se fait sur un écran LCD 6 pouces ( ou 15,24 centimètres ) avec 8 niveaux de gris et une résolution de 170 dpi. Sa batterie Lithium-Ion est rechargeable en 4 heures par USB ou en 2 heures sur secteur et permet la lecture de 7500 pages ou d’une douzaine de romans.

Sony lance le livre électronique pour tous

De son côté, le Reader de Sony s’adresse aux amateurs de livres qui ne veulent pas ou ne peuvent pas s’encombrer de volumes imprimés. «Il n’a pas pour but de remplacer le livre, mais d’être un support additionnel, essentiellement pour les grands lecteurs et les étudiants qui ont l’habitude de lire dans les transports en commun», souligne Samir Militao, responsable du marketing du Reader. Pas de liaison Bluetooth ni 3G, mais un simple câble USB à relier à un ordinateur pour y transférer des contenus. Cependant, pour donner toutes ses chances à son livre électronique, Sony a fixé un prix de vente raisonnable (299 €) et s’est investi pour que ses clients puissent profiter d’un maximum de contenus. D’abord en signant un partenariat avec la Fnac et Hachette pour donner accès à une boutique en ligne dont le catalogue propose près de 2 000 titres en français : essais, romans, guides de voyages, manuels pratiques, etc. L’acheteur du Reader trouvera des nouveautés comme les derniers ouvrages d’Amélie Nothomb, Éric-Emmanuel Schmitt, Jacques Attali, Max Gallo, Katherine Pancol, Jean-Paul Enthoven, etc. Mais à des prix très proches de ceux des ouvrages imprimés (10 à 15 % moins cher seulement), ce qui pourrait retarder l’adoption du Reader.

La guerre du livre électronique aura bien lieu

Attaque et contre-attaque en France sur le marché débutant du livre électronique

Sony, qui a lancé mardi dans l’hexagone son “Reader” (concurrent du Kindle d’Amazon), a choisi de s’allier avec la Fnac pour la distribution et avec Hachette pour le contenu.

La maison Gallimard annonce de son côté qu’elle va proposer à la fin du mois une offre de livres numérisés sur le site de sa librairie le Divan.

Des livres qui seraient lisibles sur plusieurs formats électroniques, sans exclusivité.

L'(énième) retour du livre électronique

Le livre électronique, c’est un peu l’Arlésienne du numérique. Beaucoup en parlent, peu l’ont vu. Ni le Cybook première génération, pourtant lancé en grande pompe par l’académicien Erik Orsenna en 2001, ni ses multiples déclinaisons depuis. Et pour cause, à chaque fois ou presque, les expériences se sont soldées par des échecs. Et pourtant, il revient cette fois par la volonté de trois acteurs de poids : le constructeur japonais Sony associé au distributeur Fnac et à l’éditeur Hachette. Surfant sur le succès américain d’Amazon et de son Kindle, les trois partenaires affichent un optimisme certain pour ce qu’ils qualifient de mini-révolution. Et une fois n’est pas coutume, “grâce à une offre diversifiée et récente de livres qui va permettre de découvrir une nouvelle expérience de lecture”, selon Arnaud Nourry, pdg d’Hachette. Soit.

It’s interesting that the abominable Kindle is mentioned in many reports, even though it might not appear in France for well over a year!

Google France link to Sony Reader news search


Sony Reader At Brooklyn, NY Target Store

September 18, 2008

I had an appointment today that took me back to the neighborhood of the Target Store I’d been at a few days before I knew the Sony Reader was going to be on sale there. So I stopped in with the Philips crapcam and took some pictures:


The signage. So, only young and pretty white women read, huh? This Target Store is where young and pretty white women are a minority. So: Oopsie!


The Sony Reader itself, locked-down. Crapcam doesn’t pick up the text on the screen!


Blurry pic of the lightwedge cover.


That alligator cover and travel pouch combo.


Another shot. The color is waaay off. It’s darker and screams Suit!


The Sony Reader packaging itself.


If you squint, you can see the text on the screen.


Display also had prepaid gift cards and an AC adapter. And too many headphones!

Well, overall I was rather disappointed with it. Down the aisle was a display for a smart pen. It had a small screen with video demo. I think the Sony Reader should have had that too. As it stands now, only people who know about the Sony Reader will seek it out. This is a missed opportunity to educate people about eBooks — and about the existence and use of the Sony Reader itself. I’d upgrade these displays with video. Hell, I’d replace that signage with a big-ass LCD TV that silently shows how the Sony Reader works and a big-ass Press ME! button to run an overwhelming video/audio demo of the Sony Reader. Eat that, Amazon Kindle!